Sommaire

La kératose solaire, ou kératose actinique, représente l’un des signes avant coureurs de cancer cutané, en particulier du carcinome basocellulaire, qui atteint les cellules de la couche basale, la couche de l’épiderme la plus profonde. Lors de l’apparition d’une lésion de kératose actinique, la chose essentielle à faire est d’abord de consulter un dermatologue qui établira un diagnostic, et ensuite fixera un traitement pour enrayer l’évolution de la lésion.

La kératose solaire : caractéristiques de la kératose actinique

La kératose actinique est une lésion cutanée qui apparaît sur les zones exposées au soleil, comme le dos des mains, le visage ou le crâne chez les personnes chauves. Rugueuse au toucher, elle est légèrement rouge ou rosée et recouverte de petites squames. Parfois y apparaissent même de petits boutons.

Les kératoses actiniques surviennent chez les personnes de phototype clair, blond ou roux, à la peau et aux yeux clairs. Elles sont liées à des expositions aux UV longues et répétées dues au bronzage, ou à une activité professionnelle pratiquée en extérieur, ou encore aux expositions répétées en cabine UV.

Dans 5 à 15 % des cas, elles évoluent en cancer cutané. Le risque de développer un cancer n’est pas absolu, mais par contre il est proportionnel au nombre de lésions observées.

Les kératoses actiniques mettent plusieurs années à s’installer, c’est la raison pour laquelle elles sont très fréquentes chez les personnes de plus de 60 ans.

Si l’apparition de ce type de lésion n’est pas dramatique en soi, il est important de les faire vérifier régulièrement par un dermatologue. Un examen annuel déterminera leur état et leur éventuelle évolution.

Lire l'article Ooreka

Traitements de la kératose solaire

Il existe de nombreux traitements pour éliminer les kératoses solaires et stopper leur évolution.

La cryothérapie

La cryothérapie consiste à bruler la zone atteinte à l’aide d’un jet d’azote liquide. Le traitement dure environ 30 secondes. Il n’est pas très agréable et s’effectue sans anesthésie. Il provoque une sensation de brûlure. Après quelques jours apparaît une croute et la kératose se détache de la peau. Il est parfois nécessaire de renouveler le traitement, si la zone est étendue ou profonde.  

Les traitements locaux

Certaines crèmes, comme l’imiquimod, entraîne la destruction de la kératose solaire en quelques semaines. Le traitement est souvent accompagné d’effets secondaires comme les démangeaisons ou des rougeurs. En règle général, plus le traitement est court, plus il provoque d’effets secondaires et de désagréments. Certaines crèmes anti-inflammatoires s’appliquent sur la lésion quotidiennement, d’autres plusieurs fois par semaine.

La photothérapie dynamique

Elle est destinée aux lésions étendues, comportant un risque de cancer. Elle consiste à appliquer sur la peau un médicament en crème, et à le laisser agir sous un pansement pendant 3 heures, à l’issu desquelles on découvre la lésion et on l’expose quelques minutes sous une lumière rouge intense. Il s’ensuit une réaction inflammatoire, qui détruit la lésion.

La chirurgie

En cas de doute, ou sur des kératoses très étendues, le médecin peut avoir recours à la chirurgie et fera analyser la lésion en laboratoire.  

Kératose solaire : les précautions à prendre

La sagesse populaire dit qu’il vaut mieux prévenir que guérir. Les phototypes clairs et roux sont beaucoup plus sensibles aux UV que les phototypes bruns, car ils sont beaucoup moins protégés. Il faut donc qu’ils limitent les expositions solaires, et protègent quotidiennement leur peau à l’aide d’une crème solaire à indice de protection élevé.

Si les kératoses sont déjà présentes, elles doivent faire l’objet d’un suivi médical une fois l’an ou plus, en fonction du diagnostic du praticien. En tout cas une chose est certaine : si les kératoses solaires ne sont pas dangereuses en soi, elles doivent cependant être suivies de près.

Lire l'article Ooreka